Canvas Logo

Essai Doohan EV3 iTank 2.0 : 3 roues électrique, original et séduisant

mardi 25 septembre 2018 , par Christian

Ce trois roues électriques a connu des noms différents et il est maintenant fabriqué par Doohan et distribué en Europe par KSR, premier distributeur indépendant en Europe.

Tour du propriétaire

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce Doohan EV3 iTank 2.0 ne ressemble à aucun autre scooter électrique habituellement croisé en ville. Par ses trois roues, il tiendrait plus du Mp3, à l’échelle ½ ou ¼. Au niveau poids, avec ses 94kg, le Doohan EV3 iTank 2.0 fait 162kg de moins que le Mp3 350. La plupart des pièces sont ajourées, à l’exemple du support de selle.

La partie arrière de la selle ne repose sur rien. Cette impression de légèreté est renforcée par le fait qu’aucun amortisseur ne vient boucher le regard qui traverse toute la partie arrière sans rien croiser.

La roue arrière est maintenue par un bras oscillant en forme de « U », dont la base serait accrochée au scooter. C’est bien dessiné et malgré la légèreté que l’ensemble donne, il s’en dégage néanmoins une impression de robustesse. Sur l’arrière toujours, la ligne de feux est intégrée à la selle. Il ne manque rien, et la fée leds a permis ce joli coup de crayon.

A l’avant, malgré ses deux roues, le DDWT pour Doohan Dual Wheel Technology, le Doohan EV3 iTank 2.0 reste fin. Il faut dire que les roues de 12’ sont discrètes. Le mono-phare semble énorme par rapport à la taille du scooter et il contribue à renforcer l’impression de solidité. Au poste de conduite, l’écran digital affiche le mode de puissance sélectionné, 1 ou 2, pour la vitesse. Vous avez également le niveau de batterie restant avec un affichage à barres et en pourcentage. Pour une fois, les ingénieurs ont choisi un nombre de barres correspondant à quelque chose : 10 barres pour 100%. C’est plus facile à calculer. Un voyant « Eco » s’affiche que vous conduisez « vert ». Accélération douce, freinage léger.

Un ampèremètre complète la dotation ainsi que le nombre de kilomètres effectués. Tout à gauche, le compteur de vitesses, avec 20km/h et 45km/h en rouge.

Aux commodos, il faut noter la présence d’un coupe-circuit et d’un bouton klaxon à droite comme à gauche. Ils actionnent le même klaxon qui est digne de deux roues plus puissants.

Deux boites à gants qui tiennent plus du panier complètent la dotation. Ils tiennent du panier car rien ne vient les fermer. Les objets ou affaires sont posés dessus et attention à ne pas les perdre quand vous roulez.

Sous la selle, la place est petite. Vous y glisserez un pantalon de pluie de type K-way, roulé serré. Vous avez surtout, sous la selle, accès au bouton qui permet de déverrouiller les trappes de la batterie et du chargeur. C’est bien vu. La batterie est ainsi au plus bas et en position centrale. Elle est extractible et pèse 8.3kg. Vous pouvez la charger en la remontant chez vous ou en laissant la batterie en place et en branchant le chargeur sur le côté droit.

Roulage

Contact, béquille repliée et première pression sur la poignée d’accélérateur, le Doohan EV3 iTank 2.0 bondit ! Ce n’est pas encore la puissance d’un dragster mais si vous êtes habitués à conduire les autres scooters électriques, le démarrage canon du Doohan EV3 iTank 2.0 vous surprendra certainement. Attention donc aux démarrages, pour les premières fois.

Moteur

La fiche technique indique 128Nm pour le Doohan EV3 iTank 2.0 et ils sont bien là. Le départ canon n’est pas qu’une sensation. Aux feux, le Doohan EV3 iTank 2.0 arrive à laisser sur place des 49.9cc thermiques et d’autres scooters électriques. Aux feux également, attendez vous à ce qu’on vous regarde avec curiosité et qu’on vous questionne, aussi bien de la part des passants que des automobilistes.
Passé les tous premiers tours de roues, le Doohan EV3 iTank 2.0 continue bravement sur sa lancée. Il ne faiblit pas vraiment mais pour atteindre les 45km/h du mode 2, il a besoin d’une bonne course d’élan. En mode 1, limité à 20km/h, la course pour les atteindre est beaucoup moins longue mais vous irez à peine plus vite qu’un vélo sans assistance. Le Doohan EV3 iTank 2.0 n’est de toute façon pas fait pour ça. Son moteur Bosch de 1.490 watts remplit parfaitement sa mission : vous insérez dans le trafic.

Direction

La direction, malgré ses deux roues, est particulièrement vive. Le guidon est placé bas en plus ce qui fait que vous êtes en appui dessus. Un obstacle, un trou, à éviter, le Doohan EV3 iTank 2.0 répond instantanément. Comme l’angle pris n’est que de 30°, il faut s’aider du guidon pour virer.

Mais l’angle de braquage est important. Pour un demi-tour, il faudra une rue large. Heureusement, le poids plume et la selle basse, culminant à 750mm, sont là pour vous sortir de toutes les situations.

Suspensions – Châssis

Le châssis semble à toute épreuve. Vues les vitesses atteintes, il ne bronche pas. Les suspensions ont un débattement court, très court. Sur bon revêtement, elles absorbent les petites irrégularités de la route sans faille.

Un passage par des pavés montre un avant qui arrive en butée et rebondit. L’arrière s’en sort mieux mais le Doohan EV3 iTank 2.0 n’est visiblement pas fait pour ce type de revêtement.

Passager - passagère

Etant donné le gabarit du scooter, le Doohan EV3 iTank 2.0 ne pourra pas faire grand-chose de plus pour transporter un passager. Il faudra que ce dernier vienne se serrer contre le conducteur qui devra se positionner sur la pointe de la selle.

Les poignées passager sont malheureusement orientées vers le bas, obligeant le passager ou la passagère , à se baisser pour les tenir.

Freins

Sur le sec, le frein avant se montre paresseux. Il faut tirer fort sur le levier pour qu’il entre en action. Heureusement, l’arrière répond présent plus vite. Doohan annonce 2mètres pour l’arrêter à 20km/h et 4 mètres à 30km/h.

Nous n’avons pas pu vérifier ces distances pour cause de pluie. Cela nous a permis de constater que le frein arrière a tendance à bloquer sur le mouillé et entraine un début de décrochage. Sur le mouillé, il faut serrer plus fort le frein avant et effleurer l’arrière. Les pneus Nylon de CST n’accrochent pas assez sur le mouillé et bloquent immédiatement. Les deux roues avant remplissent bien leur office et stabilisent le freinage.

Un conseil : ralentir l’allure sur le mouillé si vous avez encore cette monte pneumatique.

Eclairage

L’éclairage leds est bien vu, c’est le cas de le dire, et le gros phare remplit bien son rôle même dans les rues les plus sombres de la capitale.

A noter, l’indication « Top » qui apparait. Elle est là pour indiquer au monteur le sens de l’installation ou pour nous rappeler et confirmer que l’iTank est au top ?

Consommation

La batterie du Doohan est donnée pour 45km à 45km/h. Ce qui représente une consommation de 2.22% au kilomètre.

Pour notre part, nous avons réussi à faire tout juste 2% de consommation au kilomètre mais la plupart du temps, nous étions à 2.4 %.

Conclusion

Proposé à 2.999€, le Doohan EV3 iTank 2.0, dans cette version à une seule batterie, vous permettra de rouler écologique avec la stabilité d’un trois roues, à condition de changer la monte pneumatique. Avec la seconde batterie, vous passez à la puissance supérieure, pour le moteur et l’autonomie, et le permis A1 ou B est exigé.

Beaucoup d’atouts, donc, pour le Doohan EV3 iTank 2.0. Il est de plus séduisant et original.

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles