Canvas Logo

Trophées Sécurité Routière 2018 : 4ème déjà ! – J2

dimanche 21 octobre 2018 , par Christian , StephaneC.

Ce samedi, c’est à 8h30 que les participants ont rendez-vous dans la grande salle, mais à 8h15, tout le monde est pratiquement arrivé.

MACIF : père Noël, avant l’heure

Surprise. Ils sont tous de jaune vêtus. Il faut dire que la veille la MACIF a joué les pères Noël avant l’heure en offrant un airbag à chaque participant, au sens large. Les délégués n’ont pas été oubliés, ni même les formateurs du centre.

Eric Bouffard, représentant de la MACIF, explique ce geste par la préoccupation de la MACIF, un des tous premiers assureurs 2R, avec près de 25% du parc.

Des actions sur le terrain, stage de conduite, et présentation des équipements dont l’airbag fait partie de la panoplie de prévention dont la MACIF s’est faite une spécialité. « Pour parler à un motard, rien ne vaut un motard » selon Eric Bouffard, et pour parler équipement sécurité, rien ne vaut de partager une expérience. Ces aribags sont le prétexte pour porter la bonne parole. Une initiative à saluer.

Atelier airbags

Parce que malheureusement, les conducteurs de deux roues n’ont pas de carrosserie, une chute, même à basse vitesse, peut entrainer des chocs et des traumatismes dont ils pourront difficilement se relever. L’airbag ne fait pas encore partie des EPI (Equipements de Protection Individuelle) obligatoire mais il fait partie des EPI fortement recommandé.

L’atelier airbag est là pour nous rappeler l’importance de cet équipement. Il est dommage que le prix en soit si élevé.

Les participants aux Trophées ont eu droit à des démonstrations tout au long de la journée. Les explosions entendues n’étaient rien d’autre que le déclenchement commandé des airbags.

Atelier secourisme

Cette année, l’atelier se passe sur le parking du CNFM-PN. La distanciation du cadre d’un bureau n’est plus de mise. Les participants sont pratiquement plongés dans le réel. Après un rapide brief de la situation, le participant aux Trophées explique et commente ses gestes de premier secours. Quand la victime se plaint de douleurs et gémit, il y a, chez certains, un petit vent de panique.

Après ce brief et la mise en situation, le debrief. C’est la richesse de cet atelier que de revoir à chaud les gestes prodigués. Que ce soit Rodolphe, débriefeur, ou Ludovic, victime, aucun jugement n’est porté, simplement une explication, pleine de bon sens et surtout d’expérience.

Atelier mesure sécurité routière

Cette épreuve comporte un écrit et un oral. L’oral est l’occasion pour le candidat d’approfondir sa réflexion par rapport à la mesure proposée à l’écrit. C’est instructif et l’échange permet de constater le fossé qu’il y a entre les intentions, même les plus louables, et leurs mises en pratique.

Beaucoup d’idées, d’échanges intéressants mais également une connaissance partielle des mécanismes et des procédures conduisant à un décret ou une loi.

Maniabilité Adaptation

Nouvelle machine, nouveau parcours, en matière d’adaptation, il n’y a rien de tel. Le parcours commence relativement simplement et se termine par une série de portes qui demandent de porter le regard bien avant d’en franchir une et de s’aider en inclinant la moto ou en se déportant pour lui permettre de prendre plus d’angle et de virer plus court.

Un plot déplacé, un pied au sol sont autant de points en moins.

Maniabilité lente – Maniabilité rapide

Cette année, les parcours sont placés l’un à côté de l’autre. D’un côté, les participants appuient sur le frein, de l’autre sur la poignée. D’un côté, le moteur ronronne, de l’autre, il rugit. Laurent qui supervise cet atelier donne conseils, motive et remotive les participants qui, pour certains, sont à la peine. Sur le rapide, c’est Sébastien qui fait le même travail. La journée de vendredi a été une journée de familiarisation du parcours et des motos.

Ce samedi, c’est le grand jour. Cette fois, les participants passent un par un, sous le regard des autres participants. Une petite pression supplémentaire sur les épaules des postulants aux titres.

La nuit leur a certainement profité car ce matin, les mouvements, le parcours sont souples sur le lent. La progression est impressionnante. Entre le vendredi et ce samedi matin, c’est le jour et la nuit. Ce doit être un motif de satisfaction pour les formateurs.

Circulation

Deux encadrants, un devant, un derrière, un groupe de cinq ou six participants et l’épreuve de circulation peut prendre le départ. Il a lieu en début d’après-midi. Chaque participant conduit et est noté. L’ouvreur le regarde dans ses rétros et le fermeur, de plus loin, pendant une quinzaine de minutes. Puis, il change.

C’est l’occasion de découvrir la campagne bourguignonne et des routes qui sont le terrain de jeu des formateurs. Ils les connaissent comme personne et en ce mois d’octobre, particulièrement doux, elles ne sont pas piégeuses avec des feuilles mortes ou glissantes. Il peut y avoir, cependant, des passages gravillonnés ou recouvert de terre. C’est donc l’esprit relativement confiant que les groupes se sont élancés.

Visite CNFM

Cette année, les participants à la 4ème édition des Trophées de la Sécurité Routière 2018 ont eu droit à une visite du CNFM-PN.

C’est le major Eric Coste, en personne, qui a fait le guide. Après l’historique des brigades motorisées le vendredi matin par le Commandant Laurent GAUBERT, Eric nous informe sur l’origine des bâtiments. Ils étaient avant destinés à des escadrons à cheval.

Mairie

L’arrivée à l’Hôtel de Ville est toujours un moment unique. Escortés par la brigade motocycliste en tenue d’apparat et tous gyrophares allumés, le trajet ne dure que quelques minutes sous les yeux des sénonais, surpris de voir un tel cortège.

Pour la remise des prix, c’est toute la ville de Sens qui accueille les Trophées. Mme la mairesse, Marie-Louise Fort, le fait avec chaleur et simplicité, même si le grand salon de la mairie en impose. Cette année, le nouveau préfet de l’Yonne, Patrice Latron, vient, également en toute décontraction, honorer de sa présence la remise des prix.

Prix

Scores très serrés, cette année. Seulement sept points séparent le premier et le cinquième. Il faut aller chercher jusqu’aux centièmes de points pour établir un classement.

Trophée Général catégorie Pro : Sacha CERVEIRA, avec 191.3 points, dont 60/60 aux trois épreuves maniabilité
Trophée Général : Medjahed FERAHTIA, avec 188.15 points, dont 60/60 aux trois épreuves maniabilité
Trophée Contrôle technique moto : Jean-Luc DUMAS
Trophée Ecoconduite : Fabien WASSON
Trophée Equipement pilote : Roland OSZENDA
Trophée Secourisme : Fabien LECOUTRE
Trophée CNFM-PN : Nicolas FRAPPART
Trophée e la Délégation à la Sécurité Routière : Pierre-Jean GORET

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles