Canvas Logo

Retromobile – Artcurial 2019 : exceptionnelle collection MV Agusta

lundi 4 février 2019 , par Christian

L’Italie dans les années cinquante. Comme tous les jours, le grand-père de notre collectionneur ouvre son petit garage arborant l’enseigne MV, il aligne soigneusement les machines sur le trottoir. Ses deux fils lui donnent un coup de main. L’oncle de notre collectionneur, court au guidon de petites motos ou de scooters préparés par son frère, le père de notre collectionneur, qui travaille comme mécanicien dans la concession.

Dès ses 18 ans, l’oncle de notre collectionneur participe à des épreuves nationales sur circuits ou à des courses de ville à ville comme le « Giro d’Italia » ou le « Milano-Tarento ». De ses exploits, il reste quelques photos en noir et blanc et la petite concession fermera son rideau en 1958.

Notre collectionneur a toujours joué dans la concession, admirant son oncle, véritable héros dans ses yeux d’enfant. Dès l’adolescence, il fait l’acquisition de sa première moto. Ce sera une MV Agusta, bien sûr ! Il conservera très longtemps sa 125 GTLS mais finira par la vendre à un collectionneur japonais très persuasif.

Il regrettera longtemps son geste avant de retrouver le même modèle après dix longues années de recherche ! En achetant sa première moto, notre collectionneur n’imaginait pas que près de cinquante ans plus tard, il finirait par louer une usine désaffectée pour installer sa collection. En une vie de prospection, il a rassemblé plus d’une centaine de MV Agusta. « J’ai quasiment tous les modèles de série, quelques modèles uniques et des prototypes usine. »

C’est très certainement la plus grande collection de MV Agusta au monde qui est proposée à l’occasion de cette vente. La plupart des machines présentées ont été restaurées par d’anciens mécaniciens ayant œuvré à l’époque dans des concessions MV Agusta. Grâce à leur expérience, et à leur connaissance des produits de la marque, les motos ont souvent été remises en état et elles bénéficient pour la plupart d’une inscription au « Registro Storico MV Agusta ».

1952 MV AGUSTA Scooter Ovunque

N° de cadre : 75690
N° de moteur : 75690
Registro MV : 547

En 1950, la guerre commerciale bat son plein sur le marché des scooters. MV Agusta a conçu l’Ovunque. Il se caractérise par un cadre ouvert tubulaire, un moteur ≪ oscillant ≫ permettant de monter un seul ensemble ressort-amortisseur. Avec des roues de 8 pouces, il affiche un poids inférieur de 10 kg au modèle CGT de 1950. Propulse par un monocylindre deux temps de 125 cm3 à boite 3 vitesses, il pouvait atteindre une vitesse de 80 km/h. Produit à environ 10 000 exemplaires de 1951 à 1954, l’Ovunque reste difficile a trouver. Cette version de la première série (051), reconnaissable à son simple échappement, n’a jamais été utilisée depuis sa restauration.

Estimation : 3.500 - 7.000 €

1951 MV AGUSTA Scooter CGT

N° de cadre : 54959
N° de moteur : 54959
Registro MV : 355

Au Salon de Genève 1950, MV Agusta présente un scooter, d’abord dénommé Popolare, puis CGT (C Gran Turismo). Cette version dérivée du CSL en conservait le moteur et la partie avant.
Le moteur à boite 4 vitesses commandées au pied développait 5 ch à 4.800 tr/mn et permettait d’atteindre 80 km/h. Bien pensé, le CGT était propose à un tarif concurrentiel et resta deux années au catalogue (4 500 exemplaires produits) avant de céder sa place a l’Ovunque.
Ce modèle, qui fait partie de la seconde série avec le phare incorpore au tablier (auparavant, le phare était monte sur le guidon), a été restauré il y a une vingtaine d’années et n’a jamais roulé depuis.

1951 MV Agusta 500 cm3 4C Cardano Corsa

N° Registro MV : 549

Présentée au Salon de Milan en 1950, la 500 4 cylindres traduisait les intentions du Comte Agusta en course : seule la victoire est belle et il se donnait les moyens d’y arriver ! Dessinée en quelques mois par une petite équipe dirigée par l’ingénieur Piero Remor, en provenance de l’équipe Gilera, cette machine se caractérisait par un quatre cylindres double arbre alimenté par deux carburateurs, à boîte 4 vitesses et transmission par arbre et cardan et d’originales suspensions à barre de torsion et amortisseurs à friction, montées à l’avant comme à l’arrière.
Cette première MV 4 développait une cinquantaine de chevaux à un régime de 9 000 tr/mn et affichait un poids contenu de 118 kg. Avec une mise au point qui se limitait à un rapide passage au banc, la 500 débutait au GP de Belgique 1950. Arciso Artesiani l’emmenait à une méritoire 5ème place derrière trois Gilera et une AJS ! Artesiani monte sur la 3ème marche du podium au GP des Nations mais le Comte Agusta va engager Leslie Graham, le Champion du monde 1949 sur une AJS.
En 1951, la machine abandonna les barres de torsion pour de traditionnelles suspensions télescopiques et elle reçut quatre carburateurs. Un an plus tard, la MV 500 adopta une transmission par chaîne, abandonnant ainsi toutes ses spécificités pour des solutions éprouvées.
La machine présentée est une version à transmission par arbre équipée d’une fourche type Earles, préférée par le pilote anglais, Leslie Graham. C’est dans une configuration proche de celle-ci qu’elle participa aux Grands Prix de la saison 53 pour épauler la dernière mouture de la 500/4.
La 500 4 cylindres de la collection est une machine exceptionnelle. Il s’agit d’un assemblage composé en grande partie de pièces originales d’époque qui en font une moto d’une extrême rareté. Parmi celles-ci, il faut noter l’impressionnant ensemble Bloc cylindre et culasse, cette dernière coulée en une seule pièce (probablement la seule existante !) à la manière des Gilera 4 dessinées par Piero Remor. Les carburateur Dell’Orto SS ø 30 mm et la magnéto sont également des pièces d’époque, tout comme le frein avant à tambour double came, les roues Borrani, la suspension arrière, les amortisseurs arrière, le compte-tours, les repose-pieds, le guidon et la fourche avant (certaines parties de la fourche Earles ont été refaites par sécurité).
Le cadre, la boîte de vitesse et l’arbre de transmission ont été refabriqués, quant à l’habillage (réservoir, selle et carénage), il a été refait à l’identique par Primo Felotti, l’artiste qui a martelé ces panneaux d’aluminium pendant dix années passées au service course de MV ! Cette superbe moto fut longtemps conservée dans une grande collection italienne, avant d’être acquise par notre collectionneur au milieu des années 1990. Cette machine marque le début de l’aventure de MV Agusta en Catégorie Reine et mérite toute l’attention des amateurs de machines de course uniques.

Estimation 90 000 - 140 000 €

Les enchères se dérouleront le samedi 9 février 2019, au salon Retromobile.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles