Canvas Logo

Essai Suzuki Burgman 125cc : petit mais costaud

mardi 1er juillet 2008 , par gerard

Suzuki Burgman 125cc en action

Relooké en 2007, le Suzuki Burgman 125cc est aujourd’hui le numéro deux des ventes en France. Relookage et améliorations, prix bas, la formule est plutôt réussie.

Prise en mains

Ce qui frappe quand on saisit le guidon du Suzuki Burgman 125cc, c’est sa petite taille. Il est pourtant campé sur une roue de 13 pouces à l’avant et une roue de 12 à l’arrière. Il est aussi très léger.

Avec ses 148 kg à sec, il ne fait pourtant que 5 kg de moins que le X Max. C’est certainement son centre de gravité placé plus bas que le X Max qui donne cette impression. On est surpris aussi par la largeur de la partie arrière de la selle et les poignées passager semblent bien petites.

Suzuki Burgman 125cc avant et arrière

Autant le museau du Suzuki Burgman 125cc est effilé et fin, autant l’arrière semble démesurément large. Les feux en « V » de l’avant, que terminent les clignotants lui donnent un air de squale, surtout de ¾ avant.

Suzuki Burgman 125cc 3/4 avant

Il ressemble ainsi à son grand frère, le Burgman 400cc. Le relookage est incontestablement réussi. A l’arrière, la ligne de feux souligne les proportions hors normes du Burgman et on pourrait même le confondre avec son plus grand frère en 650cc.

Le poste de pilotage est sans fioriture, presque ascétique mais il se montre très pratique. Le pilote-conducteur a sous ses yeux les niveaux de liquide de freins, les rétroviseurs montés sur le guidon et les commandes usuelles. A gauche, appel de phare-gâchette, un bouton jaune ! Passage phare-code, clignotants, et klaxon. A droite, coupe-circuit, un espace vide qu’on devine pour un warning, et le démarreur.

Suzuki Burgman 125cc commodos

Le tableau de bord du Suzuki Burgman 125cc est lui aussi sans fioriture mais l’essentiel est là : tachymètre, indicateur de température, de niveau d’essence, flèches séparées pour les clignotants, voyants d’injection et de pleins phares. Egalement présent un petit voyant orange de rappel d’entretien.

Une étroite fenêtre analogique indique l’heure, un trip partiel. Dommage, pas de compte-tours au tableau de bord. Economie, économie...

Suzuki Burgman 125cc tableau de bord

Moteur

Il faut tourner le volet anti-effraction pour pouvoir introduire la clé. Contact. Les aiguilles du Suzuki Burgman 125cc vont et viennent dans les compteurs, appui bref sur le démarreur et le moteur se réveille. Bruit feutré, doux. L’impression de douceur générale se retrouve ici aussi. Pas de vibrations intempestives en laissant chauffer le moteur sur sa béquille centrale. Le moteur tourne rond et l’injection de ce nouveau millésime y est certainement pour quelque chose. A noter que la béquille latérale n’a pas de retour automatique, ce qui est rassurant.

Une main sur le guidon, un autre dans l’encoche de la poignée passager et le Suzuki Burgman 125cc descend de sa béquille. La poignée passager est un poil trop courte. Une grosse main gantée aura du mal à y prendre place.

Suzuki Burgman 125cc gauche

Sur ses roues, le Suzuki Burgman 125cc est à peine plus haut ou plus bas que sur béquille. Accélération, le moteur s’élance. Notre machine d’essai avait une course d’accélérateur exagérément longue et le moteur ne s’élançait que passé la moitié de sa course.

Mais une fois les chevaux lâchés, le Suzuki Burgman 125cc s’élance sans faiblir jusqu’à sa Vmax de 115 km/h compteur. C’est sans conteste une réussite des ingénieurs Suzuki que d’avoir ainsi fait un moteur aussi linéaire sur toute sa plage d’utilisation. Il ne vous arrachera pas les bras du guidon mais il arrivera à vous extraire de la circulation sans encombre. Il faut dire que le moteur ne développe que 12.5 Cv à 9000 tr/mn alors que le couple maxi est obtenu 1000 tours plus bas que l’ancien Burgman. Un gage de fiabilité et de longévité du moteur donc.

Et avec une fréquence de révision tous les 4000km, le moteur semble bâti pour durer.

Même avec la poignée tournée à fond, le moteur ne vous hurle pas à l’oreille et les vibrations sont bien contenues. Le Suzuki Burgman 125cc n’est pas fait pour rechercher la performance sportive mais pour vous emmener au long cours dans le calme et le confort !

Suzuki Burgman 125cc droite

La position de conduite est particulière. Les genoux remontent assez haut et le guidon près du corps font que le conducteur se retrouve dans une position recroquevillée. Un peu surprenant au début mais on s’y fait.

Les « grands » de plus de 1.80 auront du mal à trouver leurs marques, leurs genoux viendront certainement buter sur le guidon lors des man ?uvres. Les « petits » seront à la joie, d’autant que le tablier est largement échancré au niveau du passage des pieds.

La longueur hors tout de 2055mm, soit près de 200 mm de moins que le X Max a tout concentré dans un espace de pilotage plus réduit. Mais réduit ne veut pas dire confiné ni étriqué.

Le pare-brise qui nous semblait étroit dévie finalement bien l’air au-dessus du casque et protège le pilote. Idem pour le tablier qui mériterait d’être un peu plus large mais rien de gênant.

Freins

Notre machine d’essai avait une poignée de frein gauche assez dure. Alors que la poignée droite était plus douce. Il est vrai que notre machine d’essai ne totalisait que 1 400 km. Le freinage couplé vient pincer le disque arrière et un des pistons du disque avant. Il est très progressif et ne se montre pas piégeur. Le freinage est particulièrement progressif et les sensations sont bien retransmises au conducteur.

Le frein avant viendra donc en renfort du freinage couplé mais ne se suffira pas à lui-même. Une habitude à prendre.

Pour des raisons économiques et contrairement aux autres scooters du pays du soleil levant, le Suzuki Burgman 125cc ne dispose pas de frein de parking.

Confort

C’est la bonne surprise de cette version. Nous nous attendions à des suspensions au confort bout de bois et il faut bien reconnaître que ce n’est pas le cas du tout. Au contraire même. Le Suzuki Burgman 125cc fait preuve d’une très bonne homogénéité entre l’avant et l’arrière. Il n’y a qu’à deux que les suspensions arrières talonnent mais un réglage plus dur du tarage résout cette impression. La fourche avant absorbe les irrégularités de la route sans broncher. Et une bonne partie de voie pavée lors de notre essai n’a pas réussi à compromettre l’équilibre général du scooter.

A ceci s ?ajoute une selle large et moelleuse et vous avez un scooter avec lequel les kilomètres s’enchaîneront dans un confort pullman... mais à vitesse raisonnable.

Le passager est assis sur la même selle mais il, elle devra faire avec une selle assez large.

Rangements

Un petit rangement à droite du tableau de bord, pour y mettre un téléphone, un ticket de péage, mais qui ne ferme pas à clé.

Suzuki Burgman 125cc ouvrants

Un autre dans le tablier juste sous l’emplacement de la clé de contact. Il est assez grand pour ranger un portefeuille et des cartes. Il dispose d’une prise allume-cigare et ferme à clé.

Suzuki Burgman 125cc boite à gants

Et un coffre sous selle capable d’avaler deux casques intégraux ainsi que d’autres petits objets sur la partie avant. C’est sans conteste la plus large soute pour un 125cc ! Il faudra placer les casques dans la largeur. C’est ce qui explique que le Suzuki Burgman 125cc soit aussi large de selle et de l’arrière. C’est ce qui explique aussi que les Burgman 125cc sont rarement équipés d’un top-case.

Suzuki Burgman 125cc coffre


Vendu au tarif de 3300 euros, le Suzuki Burgman 125cc est au tarif de certains scooters GT. Il ne lui manque que peu de choses pour venir rouler sur les plates bandes des meilleurs scooters GT du moment : une vitesse de pointe, un tableau de bord plus exubérant.

Mais une puissance supérieure signifie une consommation supérieure et un tableau de bord plus richement doté signifie plus d’électronique et autant de sources de pannes. Et le Suzuki Burgman 125cc ne fait pas dans l’esbrouffe, il est ancré dans le concret.

Finalement, le Suzuki Burgman 125cc a atteint l’âge de raison. Il ne vous promet pas monts et merveilles mais à son guidon, vous pourrez les franchir en classe confort.

Messages

  • Je fais 1.8m pour 90kg et je comptais prendre un burgman. Il va etre trop juste ?

  • J’ai en vue un petit scooter sans souci, maniable et facile. Le burgman 125 semble correspondre...

    Au niveau fiabilité, ça donne quoi ?

  • J’ai beaucoup de choses à transporter pour le boulot et je voudrais savoir si le coffre est aussi grand qu’on le dit.

  • Je vais certainement m’offrir le burgman pour Noel et je prends des grands axes routiers (nationales et autoroutes). Le Burgman 125 peut-il tenir le choc ? Je parcours 35km tout les jours.

  • Je viens d acheter un Burgman 125cc K10 avec 2400Km superbe occase le scoot est neuf neuf neuf je l ai acheté a plus de 100km de chez moi, j ai donc pris la route pour le ramener il a mangé 100km easy malgré la température extérieur de 32° "flippe de surchauffe"une seule halte "coca cola" sinon il les aurait avalé sans pb "très surpris le moteur pas gueulard no vibration a part celle du vent et bitume" sans pousser 110k/h conso ridicule arrivé zero fatigue je dirai même plus reposé quand partant ce scoot reste un must un régale 8/10 je suis amoureux !!!!!

  • voila moi je suis tres content avec mon Burgman 125cc qui a 2 ans et 8700 kms, sauf que maintenent il a des problemes d’allumage et que le concéssionnaire moto Suzuki ne trouve pas d’ou cela viens et commence a m’annoncer des recherches de pannes pouvant couter tres chère,
    il roule bien et au bout d’un moment, comme ca, le moteur se coupe... :-( si je veus le redémarer j’ai l’imprésion de le noyer...De nouveau a froid au bout de 15/20 minute il repart....
    es ce que d’autres personnes ont eu le meme problème.A t’il etait résolu...Merci de vos réponses JLC

  • Il y a un souci analogue qui concerne la pompe à essence. C’est un souci connu chez Suzuki et le changement de pompe se fait sous garantie. Il y a une procédure pour vice caché concernant cette pompe. Selon Suz, l’essence 95 j’espère que c’est ce que tu mets, est trop corrosive pour leur systeme d’injection.

  • Bonjour, j’ai trouvé ce matin mon scooter par terre. J’ai constaté après que le guidon est un peu tordu et du coup ça me gène dans la conduite surtout pour les rétro. Pourriez-vous me dire qu’elle sont les possibilités qui s’offrent à moi pour le rétablir svp ?

  • C’est le guidon qui est tordu ou il est désaxé ? S’il est tombé, le choc ne doit pas être suffisant pour tordre le guidon, il doit simplement être désaxé.

    Pour remettre ton guidon en ligne, il faut que tu te gares le long d’un trottoir, dans le caniveau. Le trottoir doit se trouver du côté vers lequel tu souhaites redresser le guidon. Quand tu es en position, tu pousses le guidon vers le trottoir jusqu’à ce qu’il revienne dans l’axe. Le trottoir va caler la roue et tu pourras tout remettre en ligne.

    Si c’est ton guidon qui est tordu avec ce petit choc, un conseil, il vaut mieux en changer.

  • propriétaire d’un Burgman 125 depuis 3 semaines ,je suis allé le chercher avec une remorque dans un petit village des alpes ,a première vue une super affaire trés bon état général ,10500 km ,revision faite a 10000km il y a déja 2 ans donc a priori la personne une dame ne roule pratiquement pas et donc se sépare de son engin . 1er week end petite balade a deux de 300 km très agréable , hier lors d’un petit parcours le pot se casse au niveau de la bride et au meme moment perte totale de puissance ,je répare le pot mais le manque total de puissance (c’est a dire que je roule presque au pas )persiste . merci de me donner des infos ou un tuyau sur ce type de panne . peut etre la bougie ? , le carburant ? j’ai refais 2 pleins de 98 ,un joint qui se serait séché ou je ne sais quoi ! pourtant j’avais lu un grand nombre d’avis positif sur le burgman ,,,,,merci d’avance pour vos recommandations

  • LE moteur démarre maintenant. Si oui, ce n’est pas un blème de bougie mais tu tu peux la changer, c’est pas cher. S’il démarre mais pas de tours, il faudrait que tu nettoies le carbu. Depuis le temps, une saleté a pu se glisser

  • Bonsoir et merci Rijbo ,un petit récapitulatif ,achat fin Septembre 2015 d’un Burgman 125 d’avril 2006 avec 10500 km dans un petit village des Alpes de haute Provence , je pense et je le crois toujours faire une bonne affaire pour 800.00 euros après négociation . (vu les prix pratiqués dans les grandes agglomérations ,souvent plus de 1300.00 euros pour des burgmans ayant plus de 25000 km ).
    Première sortie en duo de 300 km ,premier constat très confortable ,peu de bruit moteur ,pas gourmand en carburant mais peu puissant en duo .
    La vitesse en duo n’étant pas un critère pour moi et mon épouse ,la petite promenade est très agréable .
    Et puis les ennuis commencent : rupture du pot d’échappement ,réparée tout de suite a moindre cout ( 20.00 euros)
    Perte totale de puissance du Burgman , après avoir démonter totalement les carénages ,démontage du carburateur
    et la je m’aperçois (en comparant avec la vue éclatée du carburateur sur internet ) qu’une pièce supplémentaire en plastique a été rajouté pour compenser le siège de ressort qui était cassé ,donc remplacement du boisseau et du siège de ressort ( 86.00 euros ) nouvel essai sur route j’arrive difficilement a 90 km/h .
    Ce matin démontage et nettoyage du filtre a air , petites fissures sur la durite rigide qui relie le filtre a air et le carburateur ,je colmate je remonte ,un ami me fait un nettoyage de l’intérieur du carburateur avec un compresseur
    (filtre , gicleur ect ) je remonte le tout et la quel bonheur ,avec beaucoup de facilité sur autoroute mon engin atteind les 110 , 115 km/h.
    Merci a tous en espérant que ces quelques lignes vous seront peut être utiles si nécéssaire .

  • Bonjour Daniel,

    Merci pour ce retour. C’est toujours très utile, même quelques lignes. Bonne route et prudence !

    Et tu as raison sur les grandes agglomérations, les prix s’envolent. Tu as fait une très bonne affaire, d’autant que le Burgman, c’est du solide ;-) !

  • Bonsoir,
    J’envisage d’acheter un Suzuki Burgman 125 de 2007, mais qui ne totalise que 1000km (la personne qui l’a eu ne s’en est quasiment pas servi, puis a déménagé, l’a gardé en espérant pouvoir le reprendre... et se décide aujourd’hui à le vendre : état neuf, évidemment ! (Il a toujours été gardé à l’intérieur, qq’n le fait démarrer très régulièrment)
    Dans un tel cas, est ce que le fait qu’il ait si peu tourné en 10 ans est un inconvénient ?
    Que faut-il regarder ou controler lors d’un essai ?
    Merci de votre retour.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles