Carte vigilance Carte de vigilance météo

Accueil > Conseils > Avant > Achat scooter : remise à négocier ?

Achat scooter : remise à négocier ?

vendredi 25 avril 2008, par Ouarese

Ca y est, vous vous êtes décidés à franchir le pas d’un concessionnaire pour acquérir le scooter de vos rêves. Et à négocier ferme une remise, comme ce qui se pratique dans le monde automobile. Attention, car il y a remise et remise.

Remise client sous forme d’accessoires

La pratique la plus courante consiste en remise, non pas sur le prix du véhicule mais sous la forme d’accessoires. Le concessionnaire va vous accorder un montant de remise qu’il concrétisera en installant des équipements et accessoires à hauteur de cette remise.

Sachant que la marge que réalise le concessionnaire sur les accessoires est plus importante, ce dernier a tout intérêt à pratiquer de la sorte. Ainsi sur 100 euros de remise accordées, cela ne lui coûte en réalité que 30-40 euros.

Cette option est intéressante si vous n’avez aucun équipement. C’est le moment de choisir tablier, casque, gants, blousons, antivol, alarme, top-case... Et de re-négocier une remise sur la totalité !

Remise client sous forme de packs

Certains constructeurs participent, voire financent entièrement, la diffusion de modèles équipés de packs spécifiques.

« Opération sécurité », avec casque et antivol, « opération rangement » avec top-case... pour 1 euro de plus. Ou surclassement d’un modèle, comme Sym avec la Business Class de son Gts.

Il faut donc ouvrir l’ ?il et guetter les promotions. Ce qui n’est pas toujours facile et vous n’avez peut-être pas le temps d’attendre que la bonne opération arrive au bon moment.

Enfin, au moment de la revente, ne comptez pas faire une plus value en annonçant que vous vendez un scooter « tout équipé » par rapport au prix de base. Les accessoires ne sont qu’un plus par rapport à un scooter nu et ne sont valorisés, au mieux, qu’à la moitié de leurs valeurs d’origine.

Des modèles de scooters peuvent faire l’objet de campagne de communication alléchante, voir notre article « Promos de printemps ». Il faut savoir que ces promos peuvent cacher un changement imminent de modèle et que celui que vous envisagez d’acquérir est peut-être en fin de vie.

Remise client sur le prix, internet

Internet a ceci d’avantageux que vous pouvez parcourir tout le pays à la recherche de la meilleure offre, sans avoir à vous déplacer et que vous allez trouver. Des -10%, -15% se trouvent et pas seulement sur des modèles en fin de vie ou se vendant mal.

Ces offres sont bien tentantes mais il faut penser au SAV. Chez qui allez-vous confier votre scooter pour les opérations de maintenance courante. Car il ne faut pas oublier que le scooter est exigeant de ce point de vue. Et si les sites internet sont d’excellents vendeurs, ils ne sont pas réputés pour leur SAV. Et que dire, si le site en question est domicilié à l’autre bout de la France !


Au premier mille kilomètres, il vous faudra faire une vidange. Puis, en fonction des modèles, des conditions d’utilisation, ce sera entre 2 500 et 3 000, voire tous les 6 000 km. Autant dire que si vous roulez beaucoup, vous allez souvent revoir votre concessionnaire et que cette visite ne doit pas pour autant se transformer en expédition.

Mais dans ce cas, pourquoi ne pas acheter sur le net et confier le SAV à un concessionnaire proche de son domicile ?

Le concessionnaire qui ne peut refuser de prendre en charge un scooter de sa marque va donc accepter de fixer rendez-vous avec vous et vous devrez, pour cela, patienter quelques semaines, qui mises bout à bout, feront quelques mois. Il ne vous le dira pas mais si vous pouviez aller chez le voisin, ça l’arrangerait bien. D ?autant que la vente ne s’est pas faite chez lui et qu’il a ses clients habituels.

Remise et fausse remise

Par fausse remise, nous entendons ce que certains concessionnaires vous remisent d’une main et vous reprennent de l’autre.

Comme nous l’avons vu plus haut, le scooter demande un entretien plus fréquent qu’une automobile, environ tous les 6 000km, avec vidange, parfois plaquettes... Et, si vous achetez un scooter neuf, la révision, très importante, des premiers milles kilomètres.

Il n’est pas rare de voir cette première révision facturée dans les 100 ?, alors qu’il s’agit d’une vidange et de quelques réglages. A négocier donc au moment de l’achat, et si possible, par écrit.

Attention aussi aux faux frais. Les faux frais sont ceux que le concessionnaire vous facture pour l’immatriculation, provisoire et définitive, les plaques, la mise en route... Certains concessionnaires ont une imagination sans limite et font preuve de créativité débordante en ce domaine pour gonfler la facture.

Remise contre reprise

Une telle opération n’est envisageable que si la reprise se fait sans condition de kilométrage, d’état général du scooter... Car sinon, le concessionnaire vous reprendra votre scooter, s’il veut bien le reprendre, environ 10-15% de moins que la côte officielle, non sans l’avoir examiné sous toutes les coutures et défalqué tout ce qui pourrait lui coûter pour une remise en état. Et la remise qu’il vous accordera n’a plus rien à voir avec un achat sans reprise.

A ce tarif, une vente directe entre particulier est moins onéreuse et nous avons consacré un article à l’achat d’occasion d’un scooter. Vous aurez certainement à attendre plus longtemps pour la vente au risque de vous retrouver avec deux véhicules sur les bras mais le jeu en vaut la chandelle

Conclusion

Avec ce panorama, vous êtes maintenant prêt à discuter avec votre concessionnaire. La relation qui va s’établir entre vous et lui est basée avant tout sur la notion de confiance. Vous, comme lui, investissez sur le long terme. Vous allez lui confier votre véhicule régulièrement et lui a tout intérêt à vous choyer pour que vous lui restiez fidèle.

Comme beaucoup de scootéristes sont passés du quatre roues au deux roues, il n’est donc pas étonnant de voir les pratiques automobiles apparaître dans le monde du deux roues, d’une façon générale.

Certains concessionnaires, au niveau de la vente en neuf, ne gagnent pour ainsi dire presque rien. 7-8%, sans compter les frais d’immobilisation du stock de véhicules... Cette petite marge est donc vite réduite à néant. Toutefois, grâce aux remises de fin d’année, de volume que les marques leur accordent, ils arrivent à vivre d’une vente. Il y a donc des affaires à faire en fin d’année car ces concessionnaires accordent des remises généreuses pour atteindre leur quotas.

Et ces mêmes concessionnaires se rattrapent sur la maintenance. Il ne s’agit pas ici de « massacrer » le client à chaque opération mais simplement d’assurer un SAV digne de ce nom et à des tarifs normaux où client et concessionnaire trouvent un équilibre.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles

Conseils

Club Scooter : club ouvert à tous

Elles ne sont pas légions les sociétés qui proposent un service complet aux scootéristes, c’est pourtant le cas de Club Scooter. Il était une fois L'histoire de Club Scooter pourrait commencer comme les belles histoires par "Il était une fois". C’est Timothée qui en est le personnage principal. Cadre (...)

Agenda scooters et motos

Les blogs

Les derniers essais